Questions fréquentes

Retrouvez ici les questions que l’on peut se poser à propos du portfolio dans les actions d’insertion. Une page est dédiée aux problèmes et solutions. Si une question que vous vous posez n’est pas traitée ou est incomplète, laissez un message en bas de page et nous tâcherons d’y répondre.

---

Qu’est-ce qu’un (e)portfolio ?

C’est un dossier qui présente ses compétences. On y apporte des preuves (quand cela est possible) de ce que l’on sait faire. C’est un travail individuel ou collectif, qui se construit et s’enrichit au fil du temps. De plus en plus, le contenu est élargi aux loisirs, aux passions (parfois à la famille ou aux amis). Cette définition est la notre, car il y a plusieurs façons d’aborder l’idée de portfolio. Ce site contextualise le portfolio aux actions d’insertion.

Notre définition : Ensemble de documents qui atteste, par son contenu et sa mise en forme, de compétences et aptitudes à réaliser certaines tâches.

Quelle est son origine ?

L’idée de portfolio est venue des artistes. Ils ont besoin de montrer leur travail : photographies, peintures, sculptures… le CV n’est pas une forme adaptée. Ils constituent donc des preuves de leurs compétences en montrant concrètement ce qu’ils savent faire : photos de leurs réalisations, exemple de peintures ou dessins, etc.

Le concept a été repris par les infographistes qui ont créé des e-portfolio (e pour électronique) afin de présenter leurs travaux via internet, en général sous une forme interactive. Puis, aux Etats-Unis et au Canada, les étudiants se sont emparés de l’idée pour présenter leurs travaux, leurs réalisations de stages, leurs hobbies, etc., et s’en servent comme une présentation élargie d’eux-mêmes, moins stricte et moins formelle qu’un CV, enrichie au fil du temps. Même les professeurs constituent leur portfolio. En France, le portefeuille de compétences existe depuis quelques années. Il cherche à constituer des preuves formelles d’un parcours professionnel (certificats, diplômes, contrats…) et n’est pas fait pour être rendu public. Nous commençons seulement à parler de e-portfolio, une forme plus libre, plus démonstrative, plus ouverte, du CV et du protefeuille réunis.

Quelles autres appellations ?

On parle également de book (pour les artistes), de folio ou e-folio (e pour électronique). Au Québec on parle de porte folio. Le porte-feuille de compétences est un concept très proche. Nous introduisons sur ce site le terme i-portfolio (i pour insertion). Mais nous employons de façon générale le terme portfolio.

Quelles différences par rapport à un CV ?

Le CV met en avant la formation et les expériences, et assez peu les compétences. Sa forme est « stricte » : en général une ou deux pages, papier blanc, ordre (anti-)chronologique. Les points d’entrée sont en général : formation, expérience, divers. C’est une énumération qui rentre assez peu dans les détails.
Le portfolio met en avant les compétences (ce que l’on sait faire, avant ce que l’on a fait, où et quand). En général les point d’entrée sont les différentes compétences dans lesquelles la personne excelle. Le portfolio encourage d’autres formes d’originalité, puisqu’il dépend intimement de qui le fait et sur quoi. Sa forme est totalement libre. De plus, il n’est pas spécifique à un besoin momentané (souvent on fait un CV quand il faut trouver un emploi, alors que le portfolio se fait pendant…).

Quel intérêt pour celui qui fait un portfolio ?

La démarche en elle-même permet de réfléchir de façon sincère à ses expériences, à son vécu, à ses compétences. Faire son portfolio oblige à s’organiser dans l’espace et dans le temps ! C’est un bagage « original » à montrer aux autres. C’est un travail créatif motivant. Faire sont portfolio sur ordinateur demande d’utiliser une combinaison de logiciels : c’est ainsi une façon efficace de pratiquer l’informatique (c’est une preuve plus crédible que de dire « je sais utiliser Word »). C’est aussi un aide mémoire des compétences que l’on a acquises, qui se révèle bien utile le jour d’un entretien. Il peut servir a élargir la discussion s’il peut attirer la curiositer des interlocuteurs.

Il y a certainement d’autres intérêts à faire un portfolio, n’hésitez pas à compléter la liste en laissant un message ci-dessous.

Quel intérêt pour celui qui le consulte ?

Il a une vision plus large et plus sincère de la personne, et peut ainsi mieux connaître la personne. Les informations données dans un CV ne sont en général pas vérifiées, et seules elles ne suffisent pas à justifier des compétences. Le portfolio est un ensemble plus cohérent, qui s’attache à fournir des preuves ou des échantillons de preuves.

Quelles formes peut-il avoir ?

Selon nous, la forme est totalement libre puisque c’est un exercice personnel. Cependant, un courant de pensée visant à normaliser le contenu des portfolios existe. Une normalisation permettrait d’avoir des formes homogènes quelque-soient les domaines ou l’origine des portfolios.

La forme dépend essentiellement :

  • de ce que l’on doit mettre en avant (type des compétences ou d’activités),
  • de ce que l’on sait faire,
  • de ce que l’on veut faire.

Ainsi certains feront un book papier, d’autres un site web, un blog, une présentation PowerPoint ou OpenOffice, une animation, une vidéo… La limite entre vie professionnelle et vie privée dépend des désirs de chacun. Certains mettent leur famille en photo, d’autres font un portfolio privé.

Mais attention, comme dans un CV l’excès d’originalité est à double tranchant : ça passe ou ça casse ! Voir à ce propos Peut-on être “original” dans un portfolio ou un CV ?.

Comment s’y prendre pour faire un portfolio ?

Il faut déjà comprendre le but de ce travail, et être convaincu de son utilité (au moins pour soi, voir Quel intérêt pour celui qui fait un portfolio ?). Il faut pour cela voir quelques exemples de (e)portfolios afin de se faire une idée. Ensuite il faut une certaine motivation, et ne pas voir ce travail comme une [grosse] contrainte. Il n’est pas concevable de forcer un individu à faire un portfolio.

Ensuite il faut réflechir à la forme et à ses compétences. L’ordre importe peu, l’essentiel étant de trouver l’idée « qui fait plaisir à penser ». L’idéal est de trouver une forme cohérente avec les compétences mises en avant. Par exemple un menuisier pourra faire un portfolio dont la forme rappel le bois, les outils, la forêt, etc. Le travail sur les compétences nécessite de réfléchir aux compétences que l’on a acquises au cours de sa vie, et les organiser selon une logique que l’on choisit. Nous indiquons des outils qui peuvent faciliter ce travail dans la section « Outils« .

Une fois les compétences bien identifiées, il faut rassembler toutes les preuves dont on dispose : des photos de choses réalisées, des rapports que l’on a écrit (seul ou en groupe), diplômes, etc. Si l’on décide de faire un portfolio électronique, il faudra également choisir l’outil qui permettra de le créer selon ses compétences en informatique (voir la section « Outils » pour des exemples). Le travail débute par une ébauche rapide de son portfolio, et l’enrichir si l’on souhaite continuer sur cette voie.

La dernière étape est de le faire connaître : le moyen le plus simple reste de l’indiquer sur son CV, de façon à inciter à le consulter des recruteurs ciblés. On peut également le référencer sur des sites d’offres d’emploi, mais le résultat est alors très aléatoire.

Sur le long terme, il faut impérativement maintenir à jour son portfolio. On peut par exemple prendre des photos de ce que l’on réalise au cours de stages ou d’emplois (avec le téléphone portable, en demandant l’autorisation aux responsables). A chaque nouvelle expérience il faut enrichir son portfolio avec les différentes compétences acquises ou mises en application.

Quels outils existent ?

Il n’y a pas d’outil miracle qui permette de créer en trois clics un portfolio… Cependant il existe des outils facilitateurs : voir les pages outils et documentation.

Helen Barrett, une précurseur du eportfolio aux Etats-Unis, montre que l’outil n’a pas vraiment d’importance puisqu’exactement le même portfolio peut être réalisé avec des outils différents. Elle donne ainsi la même version de son portfolio conçu avec différents outils (36 version pour l’heure).

Est-ce que cela permet de trouver du travail rapidement ?

L’utilité effective reste relative en France car le concept est nouveau ! On peut cependant admettre que mieux connaître un futur collaborateur est un atout. Il faut donc être capable d’exploiter le portfolio par exemple pendant un entretien d’embauche. Mais du fait qu’il encourage la discussion, c’est plus un facilitateur qu’un frein. Tant que le portfolio n’est pas un standard comme l’est le CV, il reste un atout pour celui qui le propose (pour peu qu’il soit de qualité).

Où trouver des portfolios déjà faits ?

Il y a ceux qu’on ne verra jamais car ils sont sous forme papier. Internet regorge de portfolio d’artiste et de webdesigners. Mais on commence à trouver d’autres corps de métier. Les étudiants également font de plus en plus des portfolios. Pour des publics en insertion, difficile à l’heure actuelle (fin 2006) de trouver des exemples phares.

Nous listons quelques réalisation sur la page consacrée aux exemples.

Qu’en est-il de la vie privée ?

Les personnes à qui l’on parle de portfolio ne pensent pas toujours aux questions de vie privée. Il est pourtant nécessaire de parler en toute sincérité de ces questions. Un portfolio qui sera fait sur une plate-forme de blog sera public, pourra être consulté librement par celui qui connait ou trouve l’adresse. A l’inverse, un portfolio fait dans un document de traitement de texte devra être envoyé pour être vu, mais l’on n’est plus maître de cette copie une fois l’envoi effectué. Il ne faut pas affoler les gens mais seulement expliquer les différents enjeux, cela étant valable dans d’autres contextes qui mettent en pratique l’informatique. Les solutions peuvent être :

  • anonymiser le contenu,
  • ne pas tout dévoiler ou dévoiler à demi-mots,
  • rendre l’accès restreint par un mot de passe (nécessite de savoir comment et de gérer ces mots de passe)

Il peut y avoir combinaison de ces moyens. Exemple : restreindre l’accès à certains documents en ligne avec un mot de passe et ne mettre que son prénom. Sur le CV papier, indiquer son nom et fournir le mot de passe pour l’accès aux documents.

Mis à jour le 28 octobre 2009

Commentaires

belarbi / 10 décembre 2007, 17h51 / #

bpnjours,
je suis etudiant en licence 3eme annè anglais et j’ai besoin en toute urgence d’un exemplaire ecrit de portfollio.
dans l’attente de votre rèponse ; veuillez agrèer monsieur l’èxprèssion de ma considèration distinguèe

---

FRED ESTANGEL / 2 septembre 2011, 18h33 / #

Bonjour,

je suis etudiant à l école normale supérieure, et maintenent je suis arrivé à la fin du cours on m’a demandé de réaliser un portfolio professionnel sur l’enseignement en choisissant un des objectif du millénaire pour le dévoppement. J aurais aimé soliciter votre aide sur ce sujet.

veuillez recevoir monsieur mes salutations anticipées

---

Webmaster / 5 septembre 2011, 17h50 / #

belarbi: il y a des exemples sur la page dédiée (voir le menu en haut…)

fred: de l’aide mais sur quel point précis ? un portfolio concerne vos compétences acquises et maitrisées, je vois pas le lien avec « un des objectif du millénaire pour le dévoppement ». Expliquez la demande…

Jerome

---

Commenter